Est-ce que la GAR est la meilleure approche pour vous?

Un gros avantage de la Gestion Axée aux Résultats par rapport à d'autres méthodes du cadre logique est que ce méthode est moins 'paternaliste' (top-down) que les autres. La GAR met beaucoup l'accent sur ​​la participation, non seulement lors de la conception du projet (comme la GCP et l'ACL), mais aussi lors de l'exécution du projet ( y compris le suivi). En même temps, c'est exactement ce que fait que cette démarche est un peu lourde. Toute cette participation est très bien pour créer un sens d'appropriation et pour vous assurer que vos objectifs sont pertinents, mais il faut aussi pas mal du temps et de l'effort. En revanche, la GAR est plus facile à gerer pour les grandes organisations que pour les petites.

Mais même les petites organisations peuvent bénéficier des nombreux outils pratiques que la GAR vous offre. Cette approche vous présente une méthode claire et détaillée pour la conception et l'exécution de votre projet. Bien que suivire les instructions étape-par-étape prend du temps, le résultat est un projet bien conçu avec des objectifs clairs et pertinents. La notion du "rendement" a l'avantage que le lien entre les ressources (le financement) que vous utilisez et les résultats obtenus est clair  C'est une des raisons pourquoi la GAR est favorisée par les bailleurs de fonds.

Les outils de gestion des risques de la GAR vous aident à faire quelque chose de concret avec la quatrième colonne souvent négligé du cadre logique. Au lieu de simplement s'imaginer les catastrophes et blocquages ("il nous manque d'argent !") , Cette méthode vous permet d'identifier les risques réels et évaluer ce qui pourrait être leur effet potentiel.

Cependant , la GAR souffre quand-même des problèmes similaires comme ses cousins, l'ACL et la GCP. Le méthode est fondé sur un concept de cause à effet linéaire qui tend à simplifier ce que sont souvent des réalités très complexes. La GAR peut vous forcer à identifier les relations et de cause à effet qui n'existent pas en réalité (ou elles peuvent être discutable). Elle ne tient pas compte non plus du fait que peut-être vous n'êtes pas la seule organisation dans le voisinage qui influence la problématique.

Et puis il y a la question de la GAR-comme-elle-est-conçu par rapport à la GAR-comme-elle-est-poussée-par-les-bailleurs-de-fonds (et les grandes organismes). Le processus de conception participative peut résultet dans une proposition de projet bien fondée, mais une fois le contrat avec le bailleur signé, il est coulé dans le béton. A ce moment on perd la flexibilité , le cycle d'apprentissage et la possibilité d'adapter vos activités en fonction de ce que vous mesurez et apprennez . La redevabilité vers le haut devient le plus important et partager les informations importantes et de partager avec les bénéficiaires, les partenaires et autres parties prenantes viendra en deuxième lieu - ou même en troisième lieu, ou en quatrième ou ... Et de nouveau on se concentre sur la gestion financière et l'exécution des activités comme prévu au lieu d'atteindre les résultats intermédiaires (la fin du projet ). Mais ces problèmes ne sont pas inhérentes à l'approche même, mais plutôt à la façon dont elle est utilisée ou à la façon dont les organisations sont obligées de l'utiliser.

Add new comment

Filtered HTML

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <img>
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.